Formation et organisation d’un groupe de quartier

15 Jun

Community IconIl est difficile de rassembler un groupe disparate dans le but d’œuvrer à un but commun ; cela demande tout un éventail de prédispositions sociales, un grand investissement en terme de temps et beaucoup d’autres choses encore. A chaque fois que cela est possible, il est bon d’utiliser les services d’un expert en organisation de communauté pour aider au démarrage de l’organisation de quartier. Une organisation « grassroot » construit la communauté en partant de rien, développe un nouveau groupe de direction alors qu’il n’en existait pas et organise ce qui ne l’était pas. C’est un processus basé sur des valeurs dans lequel on se rassemble dans l’intérêt d’une communauté et pour le bien commun**.

1ère étape.

Savoir écouter et discerner les intérêts communs lors de rencontres face à face, en distribuant des questionnaires, etc.. Il faut commencer par un petit groupe de voisins impliqués qui partagent le même point de vue sur les besoins du quartier et partagent votre volonté de former une association pour s’occuper des problèmes du quartier.  Ce petit groupe sera nommé le noyau.

Le nombre de gens formant le noyau variera ; les personnes le formant devront, de votre point de vue, être en capacité de déceler les problèmes les plus importants du quartier et de fédérer les résidents. Il est important que les membres du noyau sachent bien travailler ensemble et aient une vision commune sur les problèmes importants affectant le quartier. Les membres du noyau doivent ressentir le besoin de former une association de quartier pour s’occuper de ses problèmes.

Autant que possible, le noyau doit être le reflet de toute la communauté, soit par adhésion, relations familiales ou représentation ; si tout le monde ne se sent pas représenté dans le noyau, il sera considéré comme une « élite ».

Note: S’assurer que le Noyau ne compte pas plus de 10 membres.

Avant de demander aux gens de s’organiser, il vous faut les convaincre des bienfaits d’une association de quartier ; en voici quelques uns :

  • Aider à atteindre les buts communs du quartier
  • Permettre le contrôle des évènements dans cette zone
  • Fournir des interlocuteurs efficaces aux autorités locales et aux autres groupes d’influence
  • Aider ses membres à préserver et améliorer le quartier
  • Permettre à ses membres de prendre part au processus décisionnaire qui dirigera les actions du quartier
  • Permettre la planification des activités sociales
  • Agir comme un « parapluie » pouvant regrouper beaucoup de sujets apparemment différents et les renforcer par un soutien collectif.

Lors du processus de recrutement, viser les groupes d’intérêt comme :

  • Des propriétaires représentant chaque bloc ou chaque rue
  • Des commerçants
  • Des résidants d’appartement, des directeurs, des propriétaires
  • Des chefs religieux
  • Des enseignants et directeurs d’école
  • Des personnes respectées par les autres membres de la communauté

Lorsque 5 à 10 personnes se sont engagées, passez à l’étape 2

Astuce!

Si le noyau comporte trop de membres, il ne sera pas gérable et ne pourra répondre correctement à ce que l’on lui demande de faire.

Etape 2.

Organiser une vraie réunion avec le noyau, autant que faire ce peut dans un endroit confortable, comme un domicile. Il faut le faire vite, avant que vos contacts ne montrent plus autant d’enthousiasme. La première réunion du noyau est très importante ; c’est elle qui déterminera le ton des réunions futures. Il est très important d’être organisé : préparer un ordre du jour, ne pas laisser la réunion s’éterniser, une seule heure devrait suffire pour la plupart des réunions. Si possible, remettre un exemplaire de l’ordre du jour à tous les membres du noyau avant la réunion.

Suggérer et décider sur les actions à court terme ensemble. Comment impliquer plus de monde dans les décisions à prendre dans le quartier ? Après que le noyau ait défini les buts et tâches clés, la taille de l’organisation augmentera naturellement, par la création de comités et de groupes pour atteindre les buts de l’association de quartier.

C’est aussi le bon moment pour s’enquérir des financements et autres services disponibles pour aider le groupe à par exemple imprimer des tracts, réaliser les enregistrements légaux, subvenir aux coûts des affranchissements postaux ou du tractage dans la communauté. Si vous organisez une communauté où les difficultés économiques sont importantes, envisager de demander des subventions à d’autres associations ou à des communautés plus riches.

Durant cette réunion inaugurale, le groupe devra :

Choisir un président de séance : un bon organisateur préférera toujours atteindre ses buts qu’être élu président. Alors, si le groupe préfère élire quelqu’un d’autre que la personne qui a réuni le groupe, il ne faut pas pour autant qu’il se détourne de son militantisme. Il y aura beaucoup d’autres occasions pour utiliser ses compétences à diriger. Ce rôle peut n’être que temporaire car la communauté devrait pouvoir voter pour la direction permanente.

Déterminer les frontières du quartier : une étape importante au démarrage d’un plan de quartier est d’en déterminer les frontières. Les frontières typiques peuvent être définies par des rues ou des frontières naturelles autour du quartier. Une carte de l’endroit et une promenade à l’entour pourront suggérer des limites naturelles pour obtenir une zone d’une taille gérable.

Faire une liste exhaustive des résidents du quartier : une fois les limites déterminées, il faudra obtenir une liste complète des résidents et des propriétaires. Cette liste doit être mise à jour tout au long du processus pour que chaque voisin soit impliqué. Pour établir cette liste, le porte-à-porte peut être nécessaire.

Discuter les idées de toutes les personnes présentes sur les problèmes et les besoins du quartier.

Choisir une problématique qui rassemblera le quartier. Cette problématique doit être facilement compréhensible et exposée de façon à faciliter sa communication et sa compréhension dans des communiqués de presse, des lettres d’information, des tracts et des brochures, et son explication orale.

Discuter les buts, les projets et les problèmes – Il est très important que les buts initiaux du groupe soient simples et puissent être atteints facilement. Rien n’engendre plus le succès que le succès. Si un groupe tombe sur un obstacle infranchissable et ne semble pas vouloir avancer, la cause en sera souvent que les buts choisis étaient trop compliqués et trop difficiles à atteindre.

Commencer à discuter la manière d’atteindre ces buts – On commencera par une liste rapide d’actions potentielles et de tactiques ; c’est un bon moyen pour concentrer l’attention et les énergies. Essayer de ne pas perdre le contrôle de la discussion dans des détails sur les points forts et les points faibles des activités individuelles, éviter de laisser une seule action dominer la discussion trop tôt dans le processus de planification ou votre communauté organisée risque de se transformer en groupe de protestation, sans buts communs, sans structure et sans méthodes.

Identifier et recruter d’autres dirigeants potentiels dans le quartier –  On sous estime souvent l’importance de dirigeants qualifiés lors du développement d’une association de quartier. Une direction solide donne à une organisation un sens, une stabilité et une continuité, d’année en année, la motivation d’agir et l’unité de but. Le recrutement et le développement de dirigeants doit être une activité permanente durant toute la durée d’une association de quartier.

Déterminer les qualités spécifiques, les talents et la volonté de participer – Identifier les talents particuliers, l’expertise, les dons, tout ce qui peut aider ou tout centre d’intérêt spécifique qu’un membre peut posséder.  Déterminer également la volonté de chaque membre du noyauà participer et à aider.

Note : Certains membres du groupe peuvent ne pas être en mesure d’assister aux réunions, mais posséder un talent spécial qui peut être utile au groupe sans assister aux réunions. S’assurer d’être flexible et offrir aux membres plusieurs façons de participer, tout en s’assurant que la communication passe de manière égale entre ceux qui assistent et ceux qui n’assistent pas aux réunions pour éviter toute frustration.

Déterminer une fréquence, une heure et un endroit adéquat pour que les membres assistent aux réunions régulières – Le noyau devra se réunir plusieurs fois avant d’être prêt à tenir une réunion avec tout le quartier. Le noyau doit se réunir autant de fois que nécessaire pour formaliser une stratégie d’organisation avant la première réunion avec tout le quartier.  Une fois tout le quartier impliqué, le noyau voudra continuer à se réunir en tant que bureau de conseil pour la l’association de quartier nouvellement formée.

Quelques points à garder à l’esprit :

Votre contribution au quartier consiste en vos possibilités et talents d’organisateur. Il faut donc essayer de déléguer les autres responsabilités.

  • Il faut continuellement rechercher des dirigeants « potentiels » pas uniquement un ou deux.
  • Les dirigeants peuvent s’épuiser. Se concentrer sur la délégation, le partage des tâches et avoir des adjoints qui assistent régulièrement, sont totalement impliqués et préparés à remplacer les titulaires en cas de besoin.
  • Maintenir l’organisation suffisamment ouverte et flexible pour attirer de nouveaux membres et dirigeants dans votre association de quartier.

Etape 3.

Tenir une réunion de toute la communauté – Tenter de se mettre d’accord sur les intérêts communs et proposer les premières étapes pour s’occuper d’un problème. Prévoir une réunion de suivi de la communauté si nécessaire.

Vous avez auparavant parlé avec tous les membres du noyau et tous sont d’accord sur une même vision ; la discussion devra donc se concentrer sur les centres d’intérêt des membres du noyau.

Suivre les directives de la réunion du noyau, mais y ajouter des actions de communication envers toute la communauté en utilisant des affiches, des tracts, des communications orales, etc… La première réunion de la communauté pourra être difficile en termes de taille, alors essayer de choisir une salle modulable pour qu’un petit groupe ne s’y sente pas « perdu » mais avec suffisamment d’espace pour un groupe plus important si vos efforts ont suscité un grand intérêt. Si vous savez bien planifier  et communiquer, vous devriez avoir une petite foule sous la main, selon l’intensité de la sensibilité de la communauté aux problèmes que vous traiterez.

Etape 4.

Etudier en détail les problèmes soulevés lors de la réunion de la communauté. Identifier les partenaires (fonctionnaires, commerces et résidents qui y seront certainement intéressés) Envisager des sous-comités pour répartir la charge de travail et utiliser à plein toutes les connaissances locales tout en maintenant l’intérêt de tous.

Etape 5.

  • Choisir le sujet de début. Un bon sujet :
  • Améliorera réellement la vie des résidents
  • Sera spécifique et réalisable
  • Aura un objectif clair
  • Ne créera pas de dissensions dans le quartier
  • Renforcera la direction (beaucoup de personnes pourront s’impliquer dans l’action)
  • Amènera d’autres sujets, liés aux centres d’intérêt des membres
  • S’accordera avec les valeurs et la vision du groupe
  • Développera le sens du pouvoir de votre groupe

Astuce!

Ne pas commencer par une trop grosse problématique pour que les nouveaux membres inexpérimentés ne se sentent pas débordés et ne vouent votre projet à l’échec à brève échéance.

Etape 6.

Décider de l’action sur le sujet choisi ! Utilisation des réunions de la communauté avec les autorités pour obtenir qu’ils s’engagent à agir, utilisation des média, comment impliquer de nouvelles personnes, comment renforcer votre organisation ? Les plans doivent être basés sur ce que vous avez appris en discutant avec les gens et lors de vos recherches. Vous pourriez décider d’approfondir vos recherches si quelque chose ne s’est pas passé comme prévu. Refaire des recherches et amender le plan en conséquence.

Astuce! Garder toujours une trace écrite de votre plan et le tenir à jour.  Ce plan guidera votre association ultérieurement.

Etape 7.

Faites-le !

Etape 8.

Evaluez ce que vous avez fait – Tirez des conclusions de ce qui a marché ET de ce qui n’a pas marché.

Faites une réunion d’évaluation avec les personnes clés. Ce que vous vouliez accomplir au début, y êtes-vous arrivés ? Comment ont fonctionné vos dirigeants ? Y a-t-il quelque chose que vous voudriez faire autrement ? De nouveaux dirigeants se préparent-ils ? Votre organisation est-elle différente maintenant de ce qu’elle était au début ? Comment ? S’il y a eu des échecs dans une partie de votre plan, ayez une discussion honnête et ouverte à ce sujet dès que possible, tant que les évènements sont encore frais dans les esprits et avant que la déception ne se développe. Soyez positif et objectif, insistez sur l’apprentissage. Evitez la tentation de faire porter le chapeau à une personne ou à une équipe.

Etape 9.

Faites la fête ! Les bénévoles qui ne s’amusent jamais peuvent finir par s’épuiser. Alors organisez une fête ! Invitez les médias et quiconque vous a aidé à atteindre votre ogjectif.

Etape 10.

Renforcer la direction de votre groupe – Si vos efforts vous ont permis de déceler de grands dirigeants, assurez vous de leur laisser la chance de diriger.

Une partie de votre travail en tant qu’organisateur du quartier est d’identifier et de développer des meneurs. Le recrutement et le développement de meneurs sont des activités permanentes pendant la durée de votre association de quartier. Quand vous identifiez de nouveaux meneurs pour votre organisation, cherchez des personnes :

  • Qui veulent réussir et veulent que leur groupe réussisse
  • Qui communiquent bien
  • Qui peuvent pousser à l’action collective
  • Qui connaissent le quartier, ses habitants et ses intérêts
  • Qui sont loyaux au quartier et à l’association
  • Qui savent partager le pouvoir

Astuce ! N’essayez pas de tout faire vous-même. Déléguez les responsabilités aux autres membres du groupe.

Ce qui suit est une liste des responsabilités qui pourraient être déléguées à d’autres membres du groupe :

INVENTORIER LE QUARTIER

Un inventaire de quartier est une série de faits sur la zone qui comprend la population, le type d’habitat, l’utilisation des terrains et d’autres éléments spécifiques du quartier. Votre quartier comprend peut-être des monuments historiques.

IDENTIFICATION DES PROBLEMES

Les problèmes peuvent être identifiés au moyen de questionnaires envoyés aux résidants ou par plusieurs réunions de quartier. Ils peuvent être liés à la criminalité, à des améliorations, aux transports en commun, à la conservation de caractéristiques uniques, à la redéfinition des zones, aux problèmes sociaux ou à d’autres aspects d’intérêt commun comme la rénovation du quartier.

REVISION DES BUTS DU QUARTIER

Le plan pour le quartier doit être régulièrement revu et amendé tout au long de la formation.

REVISION DU PLAN ET EVALUATION

Les progrès du plan doivent être surveillés et évalués régulièrement pour assurer son succès. Des évaluations périodiques doivent être faites pour reconnaître les succès, détecter les problèmes et suggérer des améliorations au programme.

Après…

Maintenant que vous avez créé avec succès un nouveau groupe de quartier et commencé à agir, il est temps d’utiliser tout cela comme base pour le futur avec un plan à plus long terme. Si un quartier est considéré comme le foyer permanent de familles et qu’elles y investissent dans leur futur, alors il faut se préparer à s’occuper des changements qui ne manqueront pas d’intervenir. Un plan de quartier est un formulaire qui fournit le cadre pour le processus de prise de décisions présentes et futures. La santé et la vitalité d’un quartier dépendent de l’aptitude de ses résidents à planifier son futur. Un plan de quartier contient des affirmations larges sur ce que les résidents voudraient voir se passer (les buts) et de principes qu’ils voudraient voir mis en œuvre (politiques). Il contient aussi des suggestions de stratégies pour atteindre ses buts. Chaque but ne doit pas nécessairement être changé. Par exemple, si une communauté bénéficie d’un avantage qu’elle veut garder, le but est de le conserver et le changement interviendra dans d’autres secteurs.

GUIDE ANNUEL POUR UN PLAN DE DEVELOPPEMENT DU QUARTIER

  • Identifier de 1 à 3 sujets qui constituent des problèmes majeurs pour le quartier.
  • Former un comité pour chaque sujet pour qu’il soit à la pointe de la résolution du problème
  • Identifier tous les moyens matériels disponibles pour assister le comité
  • Identifier les stratégies et les buts
  • Se mettre d’accord sur la périodicité à laquelle les progrès seront mesurés et comment on les mesurera
  • Mettre en place les stratégies

Enfin…

Retour à l’étape 1 !

Evidemment, une fois le groupe organisé, vous n’allez pas créer un nouveau groupe pour chaque problème. Cependant, il faudra toujours écouter et attirer de nouvelles personnes. Certains pourraient vouloir travailler sur un nouveau sujet même s’ils ne s’étaient pas intéressés aux sujets précédents. Souvenez-vous que le plus souvent, la plupart préfèrera attendre pour voir si votre idée est un succès avant d’y consacrer du temps et de l’énergie. Ne renvoyez pas ces « retardataires » : ils sont aussi essentiels que le groupe des fondateurs, parce que, sans leur soutien de masse, vous serez beaucoup moins efficaces et vous aurez moins de chance d’être acceptés par toute la communauté.

** Les lois régissant les associations peuvent différer d’un pays à l’autre ; il convient toujours de s’y référer et de s’y conformer.

 

 

Traduction par Marthe Neda Gonthier
%d bloggers like this: